Arrivée en terre kenyane

5h du mat', le soleil n'a pas encore pointé le bot de son nez, il fait d'ailleurs bien frais. Nous ne savons pas trop à quelle température nous attendre, ici, le mois de juillet est en plein hiver et le mois le plus froid. Nous passons la douane de Nairobi et là, de nombreuses pancartes en tout genre accueillent les touristes arrivant par le même vol que nous. Nous faisons le tour, les pancartes se lèvent légèrement à notre passage mais non, aucune ne nous a l’air destinée. Nous faisons plusieurs passages pour vérifier, nous espérons ne pas avoir été oubliés mais étant donné le peu de contact que nous avons eu, il serait fort possible que nous ne soyons pas attendu…
Quelques kenyans nous repèrent et nous proposent leur service de taxis, d’organisation de safaris ou encore de visites de la capitale. Finalement, si nous avons bel et bien été oubliés, nous aurons de quoi occuper ces quelques jours sans problèmes ! Mais non non, nous n’avons pas besoin de tout çà, nous tentons donc d’expliquer notre problème, on nous propose alors d’appeler ceux qui doivent venir nous chercher. Nous décidons dans un premier temps d’attendre 1h avant de les avertir, ils ont peut-être un peu de retard !
De toute façon, il faut que nous allions récupérer un peu de monnaie locale. Il y a des boutiques de change partout dans l’aéroport, un rapide tour pour constater que le taux varie très légèrement et prenons donc celui qui nous semble le plus intéressant et surtout sans commission ! Une femme kenyane nous propose son aide mais nous déclinons l’offre. Une fois nos liasse de billet en poche, nous mettons dans un coin de l’aéroport et répartissons discrètement ces billets afin de ne pas tout avoir au même endroit, le pays n’est pas vraiment réputé pour être sûr, nous n’allons donc pas en faire l’expérience !

Nous sommes fatigués par le voyage de nuit, nous n’avons quasiment pas dormi et il fait froid, le soleil ne s’est toujours pas levé, nous n’osons pas trop sortir de l’enceinte de l’aéroport, de plus, il doit faire encore plus froid dehors. Nous nous asseyons dans le hall et attendons que l’heure se passe. On nous accoste régulièrement et nous déclinons toute offre de prestation.

6h, il fait toujours aussi froid, nous sommes toujours aussi fatigués, et toujours personne !

Nous refaisons le tour des pancartes, toujours pas notre nom ! Nous sommes de nouveau accostés de toute part, comme tout touriste arrivant avec son air perdu, et nous acceptons qu’un kenyan passe un coup de fil à nos hôtes pour savoir ce qu’il en est ! Nous atterrissons dans une toute petite pièce qui fait office de bureau de renseignements, quelques cartes du pays et de la ville sont accrochés au mur, quelques dépliants décolorés au soleil traînent sur des rebords de fenêtres, deux bureaux et deux chaises, nous mettons nos sacs dans un coin, il est impossible de circuler, nous nous asseyons et ne bougeons plus, l’homme qui nous a amené ici échange quelques mots avec celui qui est derrière le bureau. Nous ne comprenons rien, ils parlent swahili. Puis il nous adresse quelques mots en anglais, Christophe qui maîtrise cette langue beaucoup mieux que moi lui explique que nous voudrions contacter Paul, le seul numéro de téléphone que nous avons, afin de savoir si quelqu’un est bien parti pour venir nous chercher. Le kenyan, derrière son bureau, compose le numéro. Il se met à parler, quel soulagement pour nous, même si nous ne comprenons rien à la conversation, de savoir qu’il a quelqu’un au bout du fil. Puis il tend le téléphone à Christophe qui convient d’un rendez-vous à 10h, il nous affirme qu’il est impossible d’être là avant !

Nous allons donc patienter encore à l’aéroport… et il n'est que 6h !

Nous sortons de ce tout petit bureau, un peu déçus de l’attente que nous avons, surtout que nous sommes bien fatigués ! Le soleil se lève doucement et nous laisse découvrir un ciel bien voilé et une température toujours trop basse à notre goût. Nous faisons un rapide tour des lieux et nous finissons par échouer dans le bar de l’aéroport. Nous réussissons à nous faire comprendre par les gestes et obtenons enfin un plateau avec quelques boissons chaudes mais le chocolat s'avère imbuvable, on dirait de l’eau très légèrement aromatisée au chocolat, bref, je n’y touche pas ! Nous somnolons, faisons quelques mots croisés, lisons quelques revues, le temps passe très doucement, nous n’avons toujours pas très chaud !

Un autre couple de touristes français patiente de la même façon, nous discutons un peu, eux sont en transit pour la journée à Nairobi, ils ont pris une petite agence qui doit leur faire faire un tour dans la ville et eux aussi, attendent qu’on vienne les chercher. Cette attente est traditionnelle au Kenya et ce n’est que la première d’une très longue série ! Nous allons le découvrir par la suite.

10h, nous retournons dans le hall de l’aéroport, mais toujours personne pour nous, nous les rappelons de nouveau et apprenons qu’une voiture est partie nous chercher, ils ne devraient pas tarder. Nous commençons à perdre patience, cela fait plus de 5h que nous sommes au Kenya et nous n’y avons vu que l’aéroport.